Belles endormies, Rêves de guitares

Une installation sonore de Louis Chrétiennot

« Les guitares sont nées de nos rêves de musique. Et plus que jamais, une partie notable de la population cultive plus ou moins secrètement l’ambition de devenir un jour une pop-star jouant de cet objet magique nommé guitare électrique.

J’ai voulu renverser cette perspective et poser la question incongrue de savoir “à quoi rêvent les guitares électriques ? ”. Si on les écoute sans qu’aucun guitariste ne les joue, alors elles nous font entendre leur propre musique, celle du monde un peu froid des “drônes”, sortes de murs sonores immobiles, qui peuvent cependant être animés par les pédales d’effets spécialement inventées depuis 50 ans pour les guitares électriques.

Les Belles endormies est une sorte d’exposition dans laquelle on peut voir des guitares, comme au musée, de belles guitares posées et exposées aux regard du public. À intervalles plus ou moins réguliers, comme après une phase de sommeil profond, les guitares s’animent et “rêvent”. Les guitares jouent sans qu’on ne les touche. L’installation dévoile un monde sonore produit par ces guitares-là (d’autres guitares auraient produit d’autres sons), dans lequel l’homme est absent, même s’il est le concepteur et le constructeur de tous ces objets sonores qui, sans avoir été ni conçus ni programmés pour cela, fonctionnent tous seuls.

Le son est provoqué par un phénomène d’auto-oscillation (feedback) entre la guitare et son ampli. Habituellement intempestif, violent et désagréable, ce feedback appelé “effet larsen”, que la plupart des musiciens cherchent à tout prix à éviter, est ici contrôlé de façon à produire un son très doux, musical. Le son né de ce feedback, sorte de drône musical, va être modulé et modifié à l’envie par les effets, bouclant ainsi le système interactif que constitue l’ensemble des objets de l’installation.

Il s’agit bien ici d’un travail d’assemblage – au sens oenologique du terme- entre des guitares, des amplis, des effets et un lieu. Sachant qu’une guitare est une caisse de résonance pour de multiples fréquences, qu’est-ce qui fait que tel son va apparaître plutôt que tel autre ? C’est la magie de ce dispositif qui ne se reproduit pas à l’identique d’une fois sur l’autre, mais qui décline seul des variations autour d’un même thème, de sons qui apparaissent et interagissent entre eux. »

© Cyril Dauneau

Belles endormies Louis Chrétiennot from Césaré on Vimeo.

 

Production en tournée

14 < 25 SEPT
Arts2 Carré des Arts
City Sonic, festival international des arts sonores de Mons (Belgique)

Dossier de présentation du projet à télécharger en PDF :

Belles endormies_Production Césaré