Dans le cadre du soutien qu’il apporte à la création des œuvres de l’art et de l’esprit, le ministère chargé de la culture contribue, aux côtés des collectivités territoriales, au financement de centres et de studios de création musicale, pour la plupart issus du vivier des studios de création musicale qui se sont développés au cours des années 80.

Un label de centre national de création musicale a été fondé en 1996, confirmant l’existence et la pérennité de lieux de travail pour les compositeurs, de production d’œuvres nouvelles, de recherche et de sensibilisation des publics à la création musicale contemporaine. Sept structures bénéficient en 2010 du label de centre national de création musicale, aujourd’hui ils sont au nombre de 6 :

Le CIRM – Nice
Le GMEA - Albi
Le GMEM - Marseille
Le Grame - Lyon
La Muse en circuit - Alfortville
Césaré – Reims

Les centres nationaux de création musicale ont pour mission principale de permettre la conception et la réalisation d’œuvres musicales nouvelles. Ils constituent des lieux d’accueil pour les compositeurs, les interprètes et les artistes de diverses disciplines engagés dans un projet de création, qui y trouvent un environnement technique de haut niveau, accompagné d’une assistance technologique.

Les centres nationaux poursuivent également des travaux de recherche fondamentale ou appliquée, dans un objectif de développement des connaissances, d’expérimentation, de mise au point et d’adaptation de nouveaux outils et processus de création musicale.

Afin de soutenir la diffusion des œuvres de création, les centres nationaux organisent ou coproduisent en saison des manifestations publiques, sous la forme de concerts, de spectacles pluridisciplinaires, de performances et d’installations sonores. La diffusion peut aussi être réalisée dans le cadre de festivals. La circulation des œuvres est également favorisée par la recherche de partenariats pour l’organisation de tournées, notamment sous la forme de coproductions avec les réseaux de production et de diffusion généralistes, et par la vente de concerts et de spectacles à l’échelon régional, national et international.

Les centres nationaux ont aussi en charge une mission de sensibilisation, de formation et d’accompagnement pédagogique, en lien avec les établissements de l’enseignement musical spécialisé et de l’éducation nationale. Ils s’impliquent par ailleurs dans la conservation et la valorisation des œuvres réalisées dans leurs studios.

Dotés d’équipements dédiés à la création et à la recherche, de studios d’enregistrement et de mixage, et pour certains d’un espace de répétition et de diffusion, les centres nationaux de création musicale jouent un rôle moteur sur le plan national en matière de commandes musicales et de résidences. Leurs activités de diffusion, qui rassemblent plus de 30.000 spectateurs, permettent de présenter chaque année une centaine d’œuvres en création mondiale.

En 2009, les centres nationaux de création musicale ont réalisé des recettes propres à hauteur de 20 % de leur budget global en moyenne. Dans un contexte marqué par une grande diversité des moyens et des enjeux territoriaux, les centres nationaux de création musicale partagent cependant les mêmes missions et objectifs généraux, qui avaient fait l’objet d’un premier cahier des charges établi en octobre 2005 à l’issue d’une concertation entre les centres, l’administration centrale et les DRAC.